Les judéo-marxistes suisses interdisent qu’on puisse critiquer les homosexuels comme les Blancs

0
235
Sylvie Ruffieux-Guignard combat la loi qui pénalise les insultes ou agressions basées sur l'orientation sexuelle. (Photo: Screenshot Facebook)

Il y a presque un quart de siècle la gauche suisse remportait l’une de ses plus désastreuses victoires avec l’introduction de la norme pénale “antiraciste” qui introduisait une protection spéciale pour les minorités ethniques, religieuses et culturelles issues de la diversité de la terre entière tout en excluant de reconnaissance les insultes et agressions envers la population autochtone majoritairement de race blanche, de culture gréco-latine et de religion chrétienne.

A moins que le combat de Sylvie Ruffieux-Guignard, de l’Union démocratique fédérale, petit parti défendant des valeurs chrétiennes, ne soit entendu les judéo-marxistes sont sur le point d’étendre la norme antiraciste à l’homophobie en Suisse. Et de raboter d’autant la liberté d’expression !

Une loi permettant de condamner pénalement l’auteur de toute insulte ou agression basée sur l’orientation sexuelle a été récemment adoptée par le Parlement. Contre celle-ci l’UDF a décidé de lancer un référendum.

La campagne de récolte de signatures, paraît-il, a démarré sur les chapeaux de roues.

Lors d’un interview sur sur une chaîne régionale genevoise lundi, la vice-présidente de la section genevoise Sylvie Ruffieux-Guignard a rappelé combien cette nouvelle loi est un obstacle à la liberté d’expression.

«Là, vraiment, pour nous, on ne peut plus s’exprimer», explique-t-elle. Et de citer en exemple l’impossibilité de parler des personnes qui sont «sorties de l’homosexualité». En effet, cette orientation est selon elle liée à des circonstances, à une éducation, un environnement voire à un type de physique.

Loi contre l'homophobie, l'UDF part au combat

«Le terme homophobie est trop flou»L'UDF va combattre la loi qui prévoit que les discriminations basées sur l'orientation sexuelle soient punies ⬇️

Gepostet von Léman Bleu am Montag, 7. Januar 2019

Heureusement la droite s’oppose à cette adaptation de la norme antiraciste, le code pénal offrant une protection suffisante en matière d’atteinte à l’honneur ou à l’intégrité physique.

Pour l’UDC, une inscription de l’homophobie dans le code pénal conduirait à prendre en considération “chaque groupe reconnu comme non majoritaire” et à lui façonner une loi ad hoc pour le protéger.

A.B. avec les agences

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !