Les peintures d’Albert Anker sur la vie dans les villages suisses

0
291

Paru dans Renegade Tribune

Albert Anker. Autoportrait.

Albert Anker (1831-1910) est le deuxième enfant du vétérinaire du village d’Anet (Ins en allemand), en Suisse. A l’origine, il avait prévu de consacrer sa vie à la théologie, mais il a été inspiré à devenir artiste après avoir été témoin des étonnantes collections d’art de l’Allemagne. Après avoir obtenu la bénédiction de son père, il s’installe à Paris pour étudier et exposer ses œuvres. Il y a aussi fondé une famille, est devenu père de 4 enfants qui ont survécu à un jeune âge et qui seront mis en vedette dans les tableaux de leur père. Il voyageait à travers l’Europe, où son travail était bien reçu, mais quand il est rentré chez lui, à Ins, c’est là qu’il a développé son style particulier.

Ses tableaux dépeignaient le peuple suisse, sans glorifier la vie villageoise, mais n’offraient pas non plus de critiques sévères, si ce n’est une peinture occasionnelle d’un usurier ou d’autres malhonnêtes qui allaient parcourir les villages suisses. Il peint aussi des natures mortes. Son style artistique fait appel à des couleurs vives, des détails fins et des sujets accessibles. Anker a dit un jour :

Il faut façonner un idéal dans son imagination, puis le rendre accessible aux gens.

Anker est considéré comme “le peintre national” de la Suisse, son atelier est transformé en musée et ses œuvres sont encore visibles sur les timbres.