Un nouveau livre admet que les Juifs font de grands espions parce qu’ils peuvent passer pour des Blancs

0
172

Paru dans Right of the Right

Enterré dans un nouveau livre Spies of No Country par l’écrivain juif-israélien Matti Friedman se trouve un aveu franc sur les raisons pour lesquelles les Juifs sont si efficaces dans l’espionnage international : en raison de la diversité de leur couleur de peau, ils peuvent passer pour presque toutes les races, surtout pour des Blancs :

Times of Israël :

Spies of No Country : Secret Lives at the Birth of Israel “, qui raconte l’histoire captivante des premiers espions d’Israël, de jeunes Juifs originaires des pays arabes qui pouvaient passer les frontières sans être détectés. Ils faisaient partie de la ” Section Arabe ” du Palmach, la force de l’Etat d’Israël qui allait se transformer en Forces de Défense israéliennes….
Comme l’explique Friedman, “dans le mouvement sioniste de ces années-là – on parle d’avant 1948 – presque tout le monde est européen ou est-européen. Neuf Juifs sur dix étaient d’origine européenne. La communauté des Juifs issus des communautés islamiques était marginale ; ils ne semblaient pas être des Juifs. Ces gens parlaient arabe – ils avaient un judaïsme différent. Et le mouvement sioniste ne savait pas quoi en faire. Parfois ils étaient considérés comme très intéressants et exotiques, mais[la plupart du temps] ils sont ignorés et mis de côté.”
Dans le monde naissant de l’intelligence israélienne, dans un pays où les Mizrahim se plaignent encore de discrimination, les héros du livre ont vu leur identité de Juifs arabes respectée pour la première fois.
…Comme l’écrit Friedman, “Rétrospectivement, nous comprenons que nos hommes avaient trouvé leur chemin dans l’un des seuls coins du mouvement sioniste où leur identité était valorisée.” La double identité, affirme-t-il de manière convaincante, a toujours fait partie de la vie des Juifs. Mais surtout pour les Juifs arabes.
“C’était leur arme secrète”, dit Friedman dans l’interview. “Les personnes qui ont créé la Section arabe étaient britanniques, et ils comprennent que l’usurpation d’identité ethnique est impossible. Beaucoup d’officiers britanniques avaient été infiltrés en Grèce pendant la guerre ; ils pouvaient tromper les Allemands, mais jamais les Grecs. C’était vraiment difficile à faire ! Mais les Juifs de Palestine ont offert cette incroyable opportunité. Les Juifs avaient des gens qui pouvaient passer pour tout ce que vous vouliez : Polonais, Allemand, Arabe – parce que les Juifs avaient cette double identité. C’est ce qui fait d’eux de si bons espions, et explique le succès des services secrets israéliens dans les premières années de l’Etat.”

Richard Nixon savait exactement de quoi Friedman parlait ici, comme il l’a dit un jour : “Les Juifs sont des espions nés….ils sont juste dedans jusqu’au cou.” Quand Friedman se vante que les Juifs font des espions naturels, personne ne scille, mais quand Nixon dit la même chose, c’est un antisémite vicieux qui doit être chassé du pouvoir. Les Juifs savent très bien qu’ils peuvent passer pour des Blancs, et ils comptent sur cette capacité d’espionner littéralement sur tous les aspects de la société blanche et de s’assurer que les goyim ne commencent pas à poser les mauvaises questions.

C’est cette “double identité” qui permet aux juifs de jouer à un jeu d’obus racial, prétendant être une “religion” quand cela leur convient et aussi une “minorité ethnique” protégée quand cela est nécessaire. C’est ce qui est au cœur de l’expression “privilège blanc” ; c’est le privilège que les Juifs ont d’être blancs chaque fois que c’est à leur avantage alors qu’ils se frayent un chemin dans tous les niveaux de la société blanche. Quand on lui a demandé si les Juifs étaient blancs, même Jared Taylor, le racialiste blanc de American Renaissance, a déclaré : “Les Juifs me paraissent blancs”. Et c’est l’opinion naïve et non discriminatoire que les Juifs aiment entendre de la part des goyim endormis.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !