VIDÉO – Une intervenante huée lorsqu’elle qualifie de « honte » sur la scène de la CPAC l’invitation de Marion Maréchal-Le Pen

0
686

Les propos de la très “Never Trump” (Jamais Trump) chroniqueuse du magazine politique National Review Mona Charen ont été reçus entre applaudissements et moqueries lorsque celle-ci ait suggéré sur la scène principale de la Conférence d’action politique conservatrice (CPAC), aux Etats-Unis, que l’ancienne benjamine de l’Assemblée nationale française Marion Maréchal-Le Pen n’aurait pas dû être invitée à l’événement.

Mona Charen – qui a signé l’édition “Never Trump” du National Review au début de l’année 2016 – a également suscité des remous dans le public pour avoir attaqué l’ancien candidat de l’Alabama au Sénat Roy Moore, qui a fait l’objet d’un certain nombre d’allégations de harcèlement sexuel pendant son mandat.

Mona Charen a dit samedi matin: “La seule raison pour laquelle elle était ici, c’est qu’elle s’appelle Le Pen. Et le nom de Le Pen est une honte. Son grand-père est raciste et nazi. Elle prétend qu’elle le soutient.”

La foule l’a ensuite huée de façon audible, après quoi Mona Charen a ajouté: “Le fait que la CPAC l’ait invitée est une honte.”

Mme Maréchal-Le Pen a parlé vendredi matin de son conservatisme social, de son opposition à l’Union européenne et de son refus d’accepter l’islamisation de la France.

Une source proche de Mlle. Le Pen a déclaré à Breitbart Londres: “Je fais plus confiance à la réaction de la foule du CPAC qu’à quelqu’un qui se sert d’un homme né en 1928 pour critiquer une femme de 28 ans.”

L’American Conservative Union, qui accueille la convention conservatrice, a déclaré à Breitbart Londres: “Marion a exprimé son soutien à la vie, aux droits de propriété privée et à la liberté individuelle. Elle soutient également la souveraineté française au lieu de se soumettre à la domination de l’Union européenne, tout comme nous soutenons la souveraineté américaine plutôt que de céder aux Nations unies.”

« Il semble que Mona Charen ait malheureusement choisi de tenir une petite-fille de 28 ans responsable des vues de son grand-père. Blâmer une personne pour les pensées et les actes d’une autre est contraire au conservatisme. C’est aussi une erreur.”

Au cours de son discours CPAC, la chroniqueuse du National Review s’est également emportée contre la Maison-Blanche en déclarant:« Je suis déçue que des gens de notre côté soient hypocrites à l’égard des harceleurs et des agresseurs sexuels de femmes qui sont membres de notre parti, qui siègent à la Maison-Blanche, qui se vantent de leurs affaires extraconjugales, qui se vantent de maltraiter les femmes.”

Tim Alberta, du site Politico, a rapporté que Mme Charen avait dû être escortée par des gardes de sécurité pour sa propre sécurité après l’événement.

À Washington, Marion Maréchal-Le Pen en vedette américaine

Source : Breitbart / Raheem Kassam et Oliver Lane

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook